semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Bulletins de liaison > Bulletin de liaison n° 15 > Dossier
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

Vers un répertoire des fruits de terroir du Sud-Est de la France ?

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Téléchargement
Archives

Bulletin n°15 de novembre 2005

L'association Fruits oubliés, membre du Réseau Semences Paysannes, oeuvre depuis 1981 pour la préservation des variétés de fruits, en menant des actions de terrain : inventaires, conservation, diffusion, sensibilisation, publication d'une revue et gestion d'un centre de ressource documentaire. Aujourd'hui, Fruits Oubliés propose une démarche pour compléter et rendre accessible les données botaniques, agronomiques, historiques et économiques du patrimoine fruitier du Sud-Est de la France, dont le nombre de variétés fruitières identifiées pourrait atteindre plus de 2500 entrées pour les zones méditerranéennes.

Issue d’un semis de hasard, sélectionnée empiriquement pour quelque intérêt, reproduite par greffage, les variétés paysannes (de terroir) représentent un patrimoine remarquable des régions et pays de France.

 

Certaines concernent un vaste territoire écologiquement homogène (Pomme Reinette blanche du Canada pour les Cévennes, les Alpes et la Corse – Poire Martin Sec pour le sud des Alpes), d’autres se réduisent à quelques vallées (Pomme de Risoul dans la région de Gap) ou même à une commune (Pomme Douce Régionale connue seulement aux environs de St Germain de Calberte, en Lozère). Quelques unes de ces variétés ont connu par le passé de vastes débouchés commerciaux, vers des centres urbains ou industriels de proximité (telle la pomme Nationale dans la vallée du Rhône, la Reinette d’Amboulne en Aveyron, la poire Crémesine pour la confiserie d’Apt). D’autres, les plus nombreuses, sont restées dans le domaine de l’autoconsommation et d’usage local, sans que l’on puisse présumer de leur capacité d’extension et de commercialisation.

Les variétés locales présentent des atouts spécifiques.

L’intérêt essentiel des variétés de terroir réside précisément, non pas dans des qualités gustatives exceptionnelles, mais dans leur adéquation aux conditions écologiques des pays et notamment à leurs conditions climatiques : résistance aux gelées printanières, adaptation à l’hygrométrie, à l’ensoleillement…

Leur rusticité permet leur culture dans des conditions économes en intrant et en énergie. Elles sont particulièrement bien adaptées à une agriculture sobre, biologique et/ou familiale. Bon nombre de variétés locales n’ont d’intérêt que par des savoir-faire de conservation ou d’utilisation mis au point au fil des générations, par exemple : la conservation par séchage de tel fruit (prune Perdrigone blanche pour les pistoles du Var), l’utilisation de tels autres en cidre, poiré, liquoristerie, pâtisserie, confiserie...

La poire Cuisse-Dame, par exemple, n’a d’intérêt que pour la cuisson en confiture, « poirat » ou fruits confits. Ainsi, avec leurs modes de culture différenciés, elles apportent couleurs et reliefs aux paysages ; avec leurs modes d’utilisation spécifiques, elles rehaussent la saveur des terroirs, elles participent à l’originalité des gastronomies régionales et permettent un artisanat de transformation identitaire et varié.

Un enjeu du développement local durable

Les variétés fruitières locales sont des ressources de développement rural. Répondant aux nouvelles exigences des consommateurs (authenticité et qualité biologique des produits), certaines variétés rustiques peuvent revivre, certains usages traditionnels peuvent être mis au goût du jour et trouver une nouvelle place dans l’économie rurale; d’autres peuvent être imaginés (jus de fruits naturels, spécialités gastronomiques nouvelles, agrément des sentiers de randonnée, développement de jardins et vergers collectifs aux abords des zones urbanisées...).

Si ces variétés ne remplissent pas les critères de rentabilité (productivité) et de calibre (uniformité) exigés par la grande distribution, elles répondent pour la plupart aux exigences d’une agriculture basée sur le souci d’offrir des produits sains et nourrissants avec de faibles apports énergétiques (engrais, pesticides, eau, mécanisation). De plus, l’uniformisation, la réduction du nombre de variétés, fragilise l’activité agricole car elle la rend plus sensible aux attaques parasitaires en réduisant la diversité génétique, source de résistance et d’adaptation.

Stratégie de conservation durable des variétés fruitières de pays

Les actions à envisager pour conserver les variétés paysannes dans leur territoire sont nombreuses : soutenir les associations locales, établir une liste de variétés fruitières recommandées par usage et région ou pays, créer des centres de ressources génétiques, réaliser des fiches descriptives, encourager la valorisation des variétés fruitières, etc.

Un axe important que Fruits Oubliés souhaite développer aujourd'hui est la mise en réseau et la structuration des informations disponibles, afin de les compléter et de les mettre à disposition d'un public varié (pépiniéristes, arboriculteurs, paysagistes, conseillers agricoles, artisans, cuisiniers, universitaires, chercheurs, étudiants, jardiniers, consommateurs).

Travailler en réseau pour mettre à disposition et étoffer l'information sur les variétés

Les informations sur les variétés fruitières régionales sont diverses et parfois éparses (données bibliographiques, descriptions, comportement, agronomie, usages, accessibilité, localisation…), les informateurs dispersés sur le territoire. La mise en réseau et la structuration des données nous semblent indispensables pour diffuser, vérifier, compléter ces informations susceptibles d’être proposées du public.

Le support internet, croisé avec une base de données dynamique, semble le plus adapté à cette demande, d’autant que le support peut aisément se décliner en édition papier ou CD-Rom. La création d'un outil méthodologique permettra de renseigner la base de données. Pour donner vie à ce support, Fruits oubliés propose le travail en réseau d'associations partenaires, de bénévoles actifs, de pépiniéristes spécialisés dans les variétés paysannes, anciennes ou de terroir et d'arboriculteurs bio.

Un comité d'experts et d'utilisateurs (bénévoles, associatifs, pépiniéristes, arboriculteurs) pourra vérifier périodiquement la validité des informations qui enrichiront en permanence cette base de données.

De nombreuses associations et parcs naturels seront associées à cette proposition de travail

Fruits Oubliés en Cévennes (Gard), Fruits Oubliés Rhône Alpes (Drôme), l’Oeil Dormant (Ardèche), RENOVA (Midi Pyrénées), Cap Vert (Corse), Conservatoire de la figue (Gard), Syndicat de Promotion de l’Olivier en Pays Cévenol (Gard), Croqueurs de Pomme du Jarez (Isère), Syndicat de Producteur de Marron (Gard, Ardèche, Lozère), Parcs Naturels Régionaux, Parcs Nationaux et Conservatoires botaniques…

Et tous les acteurs locaux de la conservation du patrimoine fruitier peuvent s’associer à cette démarche collective. Enfin, ce projet permet d’avancer dans l’élaboration d’une réglementation concernant les variétés fruitières de conservation, paysannes ou de terroir. Car ce qui sera mis en place ici en terme de conservation dynamique, maintenance et diffusion des variétés, peut servir à l’élaboration d’une politique nationale en améliorant la connaissance, la garantie du consommateur et en assurant la libre diffusion de ces variétés !

Bulletin n°15 | Novembre 2005
informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes