semences semences semences
semences
semences Semences paysannes
“La préservation de la biodiversité
est un enjeu majeur de notre siècle”
Semences Paysannes a
Accueil > Les actions > Céréales et boulangerie paysannes > Expérimentation archéologique
imprimer la page envoyer un lien vers la page ok

Expérimentation archéologique

Soutenez le Réseau !

Le Réseau Semences Paysannes est reconnu d'intérêt général.

Pour nous soutenir ou adhérer, cliquez ici

Actualité
Nouvelle vidéo sur le pain
Film le pain au levain
Revue de presse
Nicolas Supiot sur France Inter
Temps forts
Biodiversité
Lancement du site interactif spicilege
Nos dossiers
Conserver, sélectionner, cultiver, produire : de l'intérêt d'une approche participative pour valoriser la diversité génétique
Echangeons nos savoir-faire, cultivons la diversité
Publications

Nouvelle publication! Le livre de Laurence Dessimoulie vous régalera de rencontres et de recettes à base de semences paysannes.

Brochure : "du grain au pain", une mine d'information pour qui souhaite faire du pain au levain traditionnel, du pain de semoule ou de la Broa portugaise...
DVD "Du grain au pain, cultivons la diversité"
LIVRE : Cultivons la biodiversité : les semences paysannes en réseau
Livre : Voyage autour des blés paysans, par le Réseau Semences Paysannes

Expérimentation archéologique

La conservation des céréales et des légumineuses en pleine terre (appelée ensilage) peut surprendre.

Le silo enterré est pourtant une technique de conservation très ancienne, notamment connue en Roussillon (Pyrénées-Orientales) 5000 ans avant notre ère. En Europe et en Afrique du nord, l’ensilage est encore pratiqué par des communautés paysannes au xxe siècle.

Le silo : ancêtre de la boite de conserve

Au cours des siècles, la technique a peu évolué. Après les récoltes, le grain est nettoyé puis séché avant d’être déposé dans une fosse fermée hermétiquement. Au bout de quelques jours, tous les grains au contact de la terre humide ont germé, consommant alors tout l’oxygène piégé à l’intérieur de la fosse. Ainsi anaérobie, l’atmosphère est propice à la conservation et le reste du stock entre dans un état de dormance. À l’ouverture du silo une ou plusieurs années plus tard, le grain peut être semé ou bien consommé. Le volume stocké peut varier de 0,5 à plus de 10 m3. L’ensilage était utilisé en complément du stockage en grenier, soit pour les besoins des familles (alimentation, semence), soit pour un usage commercial de thésaurisation.

Pourquoi cette expérimentation ?
La fouille archéologique des silos ne suffit pas à comprendre toute leur diversité d’usage, ni à restituer finement les gestes techniques associés (creusement, remplissage, construction du bouchon…).

L’expérimentation permettra de renouer avec les techniques de réalisation, de vérifier leurs adaptations aux contextes climatiques et paysagers et aussi d’analyser les qualités germinatives et nutritionnelles des produits ensilés plusieurs années.

Autre objectif : démontrer la validité et l’intérêt de cette méthode de stockage aux agriculteurs intéressés. Pour cela, une dizaine d’années d’expérimentation consécutives seront nécessaires.

Les partenaires

Le projet est subventionné par le Ministère de la Culture dans le cadre d’un projet collectif de recherche.

Afin de reconstituer les savoir-faire oubliés nous avons décidé de croiser les regards de paysans, d’archéologues et d’agronomes.

Nous sommes archéologues et amenés à travailler tout au long de l’année sur des aires d’ensilage de toutes périodes 4. Les paysans qui pratiquent l’agriculture biologique utilisent encore de nos jours des techniques proches de la paysannerie médiévale et même encore plus anciennes !

Ces paysans, affi liés au Réseau des Semences Paysannes et au CETAB (Centre d’étude et d’accueil des blés), nous fournissent des grains attestés anciennement (féverole, petit épeautre,…) cultivés et récoltés selon des méthodes simples et naturelles qui ne risquent pas de compromettre l’expérimentation.

L’expérimentation a lieu sur une parcelle de l’INRA située à Alénya (66). Pour une meilleure compréhension de la technique, des agronomes de l’institut seront amené à collaborer à l’analyse des processus chimiques de l’ensilage enterré.

Pour télécharger la présentation de l'expérimentation veuillez cliquer ici

informations légales Réseau Semences Paysannes 3, av. de la Gare 47190 AIGUILLON
Tel. 05 53 84 44 05 • Fax. 05 53 84 69 48 • courriel
remonter en haut de la page
semences paysannes
semences paysannes semences paysannes semences paysannes